Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelques heures après un nouveau chef d'oeuvre de M6 sur Facebook et les risques liés à l'utilisation des données personnelles (brrr, ça fait peur. on en viendrait presque  à regretter le temps où il n'y avait que des pédophiles et des escrocs sur le net), l'information reprise par tout le monde dans les médias traditionnels ,c'était l'annonce par Thierry Breton, patron d'Atos de supprimer l'email dans l'entreprise dans les trois ans. On pourrait la croiser avec celle venue des Etats-Unis montrant que les 12/17 ans préfèrent les SMS et les messageries instantanées à l'email.

Breton

Pourquoi supprimer l'email ? Parce que, affirme Thierry Breton, l'email prend trop de place dans le quotidien des salariés et qu'il y a surtout de nombreux moyens de transmettre, organiser et capitaliser l'information.

En toute modestie, la volonté du PDG de la SSII, ancien ministre, me rappelle le jour où j'ai voulu stopper MSN dans l'entreprise que je dirige. Ce jour-là, j'étais dans la salle de rédaction. Je regardais l'écran d'une des rédactrices, appelons là Sidonie, il ressemblait à une animation de Noël. Elle bondissait frénétiquement sur chacun des 35 onglets ouverts  dans Firefox, 4 fenêtres MSN clignotaient en orange en bas de l'écran "ouhouh, allo! parle-moi" semblaient-elles hurler. Une fenêtre word était ouverte (son travail). En observation pendant 10 minutes, Sidonie, n'a pas ouvert la bouche, elle est passé toutes les 3 secondes d'une fenêtre à l'autre. J'ai craqué ce jour-là. Quelle perte de temps ! Quel manque de concentration. Alors j'ai ciblé le coupable idéal : MSN et ses fenêtres qui clignotent...et qui laissent entrer le perso dans l'entreprise. J'ai lancé la journée sans MSN. Un bide, une incompréhesion totale :-) Sidonie et ses collègues sont venus m'expliquer que cela ne les dérangeait pas MSN, bien au contraire, c'était comme cela qu'ils travaillent le mieux et aujourd'hui, j'en suis persuadé. J'ai redonné le droit à la messagerie instantanée.

La génération Y est comme ça. Elle a un rythme de gestion de l'information qui n'est pas le même que le mien, génération X(un peu Y). Son niveau de concentration est celui de zappeurs : 5 secondes max sur un sujet.

Par exemple, dans une réunion avec des générations Y, si les participants ont un écran devant les yeux, vous les perdez dans les 5'. Attention, ne les agressez pas s'ils jouent avec leur smartphone, peut-être qu'ils prennnent des notes (c'est du vécu coco). Pour contrer ce phénomène, dans l'entreprise, nous avons lancé les réunions "debout". Cela permet d'aller à l'essentiel, de gagner du temps, d'éviter les dispersions.

Autre caractéristique de cette population de collaborateurs, c'est qu'elle "discute" les consignes : je dois faire telle tache...pourquoi ? Et la réponse ne peut être : "parce que". Il faut argumenter aussi.

Mail_128

Nous avons aussi mis en place ce que souhaite Thierry Breton mais sans retirer l'email. Nous utilisons Basecamp pour suivre les projets, Yammer pour la discussion instantanée. Cela n'empêche pas les mails, ils permettent de produire des synthèses, des notes d'information.Et aussi pour les notifications des outils communautaires. Parce que la force reste quand même à ce media qui "centralise" à un moment toutes les informations. Et les créateurs de Basecamp (auteurs du livre ReWork qui propose des solutions d'organisation et de management adaptées aux générations Y), une référence aujourd'hui dans la création d'outils simples et efficaces, ont mis au coeur de leurs dispositifs l'email pour les notifications et les discussions (par liste de diffusion).

 

Tag(s) : #Uncategorized